Street art – Belfast, un nouveau terrain de jeu pour les artistes urbains

La capitale Nord Irlandaise se pare de fresques de tous genres, pour le plus grand bonheur des passants.

Que connaissez-vous de Belfast, la capitale d’Irlande du Nord?
Outre son chantier naval, auquel l’on doit la construction du célèbre Titanic, ou ses alentours qui servent de lieu de tournage à la plus célèbre série actuelle qu’est Game of Thrones, Belfast possède de nombreuses richesses culturelles que l’on ignore parfois. J’ai nommé : les fresques de street art!

Suivez le guide!

Une fresque de DMC (aka Dermot McConaghy) sur Kent Street

La capitale Nord Irlandaise, qui a traversé des épreuves violentes durant les Troubles et porte encore les stigmates de conflits religieux et communautaires, se relève et se réinvente à travers l’art de rue.

Impossible de trouver l’artiste mais voici une fresque située vers Kent Street

A la manière de Berlin, qui s’est transformée en musée à ciel ouvert une fois le mur tombé, Belfast évolue et laisse l’art colorer ses rues qui ont été témoins d’évènements sombres dans un passé que l’on essaie d’oublier.
Des fresques de street art ont notamment vu le jour en grand nombre dans le quartier appelé Cathedral Quarter, où un tour des oeuvres est organisé par Adam Turkington.

Laissez-moi vous présenter quelques unes de ces oeuvres, et les artistes qui en sont à l’origine.

« Love Wins », fresque par l’artiste Joe Caslin, située à Hill Street – à côté du pub The Dirty Onion.

Tout d’abord, voici une oeuvre de Joe Caslin. Il utilise le street art pour faire passer un message pro-LGBT, dans un pays où certaines mentalités s’opposent encore farouchement à la communauté LGBT.

« The Great American Nightmare » à la R-Space Gallery sur Lisburn Road, par Real1 (Crédit photo: Real1 lui-même)

Créée quelques jours avant l’élection américaine, la fresque est une reproduction d’un travail existant de l’artiste Real1. A l’époque, s’apprêtait mettre des copies en vente quelques jours plus tards. Ainsi, son art de rue lui sert de vitrine pour ensuite vendre des copies sur toile ou papier.

The Hunt, réalisée par Marian Noone (aka Friz), artiste irlandaise, sur Kent Street

Quant à elle, Marian Noone, Irlandaise de souche, étudiait l’animation avant de découvrir l’art du spray painting. Elle représente essentiellement des femmes fortes, avec une touche d’allusions à la mythologie celtique.

Oeuvre de kashink, street artiste française (cocorico!)

Kashink parcourt le monde et diffuse un message égalitaire à travers son art engagé. Ici, sa fresque aborde les « fundamental rights » qui manquent aux femmes en Irlande du Nord – on pense notamment au droit à l’IVG.

Ceci dit, l’un des artistes les plus connus & apprécié de Belfast porte le nom de Dean Kane & le pseudonyme de Visual Waste, et livre des portraits géniaux des plus grandes icônes de notre temps :

L’éternel Bowie dans l’une des nombreuses fresques offertes par Visual Waste (Crédit : Visual Waste)
L’icône du coin – Jon Snow, dans la ville de Game of Thrones. (Crédit: Visual Waste)
Une compo vibrante qui attire l’oeil – Sons of Anarchy (Crédit: Visual Waste)

Impossible de tout vous présenter tant il naît de nouvelles oeuvres chaque jour. Tout ceci n’est qu’un léger aperçu des beautés que peuvent offrir la capitale Nord Irlandaise… Alors je vous encourage vivement à réserver un billet d’avion et venir à la découverte des fresques de Belfast !

Chaque coin de rue renferme des secrets qui valent la peine d’être découverts !

Crédit des photos non créditées: Joséphine Caumeil

REPONDRE

Please enter your comment!
Met ton blaz' ici